Teinture végétale (noix) & Projet 365 jours de filage au fuseau #semaine10

Image

Untitled

Cette fois-ci, j’ai essayé la teinture avec des noix fraîches, par simple macération, sur mes petits écheveaux de la semaine :

IMG_4523

J’ai cueilli des noix encore vertes sur l’arbre, je les ai écrasées avec un marteau.

IMG_4526

J’ai laissé macérer jusqu’au lendemain dans une bassine en cuivre, avec de l’eau de la rivière. Puis j’ai mis mes écheveaux et j’ai laissé tremper ma laine pendant trois jours, en plein soleil.

IMG_4547

La laine s’est peu à peu colorée jusqu’à prendre une belle teinte : la couleur des noix sèches.

IMG_4601

IMG_4605

(Filage du dimanche 2 au vendredi 7 août)

 

Projet 365 jours de filage au fuseau #semaine5

Image

semaine5

Cette semaine, j’ai à nouveau joué avec ma planche à rolags, pour mélanger différentes fibres et couleurs.

IMG_4377

Je suis partie d’un mélange de fibres roses de Nid de vigogne, auquel j’ai ajouté d’autres fibres, comme de la soie de chez lafeecocon.

IMG_4310

Ci-dessus : mèches de soie du mûrier achetées chez lafeecocon.

IMG_4375

IMG_4379

Filage au fuseau du dimanche 28 juin au dimanche 5 juillet.

 

A Troyes : du tricot, de l’eau et des jolies choses.

Image

Samedi, j’étais à Troyes.

IMG_4059

J’y suis allée pour voir le dernier volet, au musée d’art moderne, du cycle d’expositions sur les peintres et le textile : l’exposition consacrée à Raoul Dufy qui se terminait dimanche.

En me promenant, j’ai eu la surprise de découvrir des tricoteuses installées sur les quais face aux sculptures de Reynald Jenneret.

IMG_4074

Une autre séance de tricotage sous les arbres, au bord de l’eau, est prévue le dimanche 14 juin, pour préparer un yarnbombing qui sera installé le mercredi 24 juin.

IMG_4068

IMG_4042

IMG_4067

IMG_4070

IMG_4054

J’adore les paniers en osier (j’en ai une vraie collection). J’aurais bien aimé rapporter ce petit meuble en rotin vu dans la vitrine de l’antiquaire face au musée Saint-Loup, rue de la cité :

IMG_4063

IMG_4065

 

Un petit perroquet en laine feutrée et tricot

J’avais envie de fabriquer un nouvel oiseau en m’inspirant de cette photo :

IMG_3847b

Photo que j’avais prise lors d’un voyage en République Dominicaine, il y a longtemps maintenant… à une époque où je prenais encore des photos en argentique que je faisais développer chez le photographe… c’est dire !

Bon, en fait, je n’ai jamais su si c’était un perroquet adulte, un petit… une perruche… Tout ce que je sais, c’est que ce si mignon et photogénique petit oiseau m’avait semblé être en réalité une petite teigne, car il donnait de violents coups de bec si on avait le malheur d’approcher le bout d’un doigt !

Avant de partir en vacances, il y a quinze jours, je me suis donc lancée dans la fabrication de sa version feutrée en utilisant de la laine blanche que j’ai ensuite teinte. Finalement, il est beaucoup plus bleu que vert (même si en réalité, certains endroits tirent sur le vert émeraude, ce que ne montrent pas tout à fait les photos) :

IMG_3835b

IMG_3841b

IMG_3839b

Ses ailes sont tricotées avec une laine que j’ai filée au fuseau.

Après recherches, il semblerait que mon modèle soit un cotorra pas encore adulte : un perroquet qui est la mascotte de la République Dominicaine (source).

 

Festival Le Lot et la laine 2015

Tous les deux ans, depuis 2011, Myrtille fileuse de la boutique Spinspanspun et ses copines, fileuses elles aussi, Maria (boutique Faeriefiber sur Alittlemarket) et Anne (KatiKolor), organisent un très festif rassemblement de fans de laine, qu’il s’agisse de filage, teinture, tricot, tissage, feutrage… La laine y est représentée dans tous ses états, dans une ambiance sympathique, en plein air, dans le décor bucolique de l’écomusée de Cuzals, à quelques minutes en voiture de la célèbre grotte du Pech Merle (visite que je vous recommande chaudement).

11182137_1430631010574179_651731947666415048_n[1]

Cette année, je n’irai pas dans le Lot, mais il y aura plein de chouettes exposants comme ma copine Ambre Danicour, Nid de vigogne, Anisbee, Etoiles Filantes, Rue du muguet, Fée des mailles, Palaluna, Renaissance Dyeing, Maco-Mérinos, Le jardin des plantes à couleurs, Les fils de bobine (tricot jacquard en teinture végétale : mon gros coup de cœur de l’édition de 2013)… et des dizaines d’autres exposants tout aussi chouettes… et des tas d’ateliers, démonstrations, animations…

Pour tout savoir, vous pouvez rejoindre le groupe dédié sur Ravelry,  aller sur le blog ou la page Facebook du festival.

Pour se loger sur place, je recommande les chambres d’hôtes Un jardin dans la falaise, à Cabrerets (village très proche de l’écomusée, avec une épicerie, des restaurants… bref un peu d’animation et de quoi survivre). L’accueil y est très sympathique et la chambre donnant sur le jardin est charmante.

Pour voir à quoi ressemble le site et le festival, vous pouvez regarder les articles publiés sur mon blog en 2013 (ici et ) et 2011 ( ici ).

Je souhaite un énooooorme succès au Lot et la laine 2015 !

Red-backed Mannikin (Spermestes bicolor) en laine

Il y a quelques jours, j’ai vu passer une belle photo d’oiseaux noirs, blancs et marron  sur Pinterest : des Red-backed Mannikin ou Spermestes bicolor photographiés en Afrique du sud par Peet van Schalkwyk (pour voir la photo, cliquez ici ).

J’ai eu envie d’en réaliser une version en laine :

IMG_3647b

IMG_3646b

Teintures végétales

Hier, j’ai testé le pouvoir colorant de ma cueillette de plantes.

007

J’avais confectionné au préalable des sachets, style sachets de thé géants, avec deux carrés de compresses tissées cousus ensemble pour éviter d’avoir à filtrer le bain colorant.

009

Le bain de ronces :

010

A l’arrière plan, la laine cuit dans le bain de lichens, et au premier plan, le liquide sombre est un bain de mûres :

013

Le bain de lichens :

011

Je trempe les écheveaux partiellement dans chaque bain, afin d’obtenir plusieurs couleurs et des dégradés sur chaque écheveau. La couleur jaune du premier plan a été obtenue avec les ronces, alors que j’attendais plutôt du gris. La laine trempe dans la décoction de mûres (mûres, vinaigre blanc et sulfate de fer) :

016

A droite, dans le récipient marron, le bain de ronces. A gauche, dans la grande bassine, je viens de plonger un sachet de bois de campêche dans de l’eau (j’avais acheté du bois de campêche chez Couleur Garance pour être sûre d’avoir au moins une couleur très vive sur mes écheveaux), l’eau se teinte immédiatement en rouge pour foncer jusqu’au violet, au moment de la cuisson :

012

Le bain de racines de garance voyageuse :

021

J’ai mélangé, en fin cuisson, le bain de garance et celui d’écorces de poirier que je trouvais trop pâle :

017

Le rose est obtenu avec les racines de garance voyageuse, le jaune avec les lichens :

029

027

026

032

028

Le bois de campêche a donné un violet profond.

Les mûres ont donné un joli gris clair.

Les racines de garance voyageuse ont donné du rose.

Les écorces de poirier ont donné du jaune.

Le mélange d’écorces de poirier et de garance a donné un rose oranger très intéressant.

Les lichens ont donné du jaune foncé.

Les ronces ont donné du jaune citron.

Les ronces avec un ajout de sulfate de fer ont donné un ocre nuancé.

 

J’aime beaucoup la couleur des racines de garance, j’ai déjà commencé à en arracher d’autres pour une prochaine fois. L’été prochain, je testerai des feuillages et écorces que l’on trouve très facilement en Dordogne : le noyer et le châtaignier, les deux arbres emblématiques du Périgord noir.