Teinture végétale (lichens) & Projet 365 jours de filage au fuseau #semaine17

Image

Untitled

IMG_4833

Cette semaine encore, j’ai filé en blanc avec différentes laines pour teindre ensuite avec des végétaux. J’ai utilisé, entre autres, de la laine des Préalpes commercialisée par l’Appam (l’association pour la Promotion du Pastoralisme dans les Alpes Maritimes). Pour cette fois-ci, j’ai choisi d’utiliser des lichens secs ramassés sur des branches mortes.

IMG_4894

IMG_4898

Je n’ai pas choisi la méthode de la fermentation qui est la méthode la plus utilisée pour les lichens et que j’avais testée l’année dernière. J’ai tout simplement laissé tremper les végétaux plusieurs heures, puis fait cuire une heure, avant d’immerger ma laine et de relancer la cuisson.

IMG_4899

IMG_4901

J’ai obtenu un jaune orangé très lumineux.

J’ai ensuite tenté de tremper quelques secondes la laine dans de l’eau tiède avec un peu d’ammoniaque pour voir si cela allait modifier la couleur, mais la couleur n’a pas bougé.

L’ammoniaque donne du rouge avec certains lichens. Sur cette vidéo postée sur la page Facebook de Visit West Iceland, on voit la transformation spectaculaire en rouge d’écheveaux teints avec des lichens par Guðrún Bjarnadóttir (laine Hespa).

(Filage du samedi 19 au vendredi 25 septembre)

Teintures végétales

Hier, j’ai testé le pouvoir colorant de ma cueillette de plantes.

007

J’avais confectionné au préalable des sachets, style sachets de thé géants, avec deux carrés de compresses tissées cousus ensemble pour éviter d’avoir à filtrer le bain colorant.

009

Le bain de ronces :

010

A l’arrière plan, la laine cuit dans le bain de lichens, et au premier plan, le liquide sombre est un bain de mûres :

013

Le bain de lichens :

011

Je trempe les écheveaux partiellement dans chaque bain, afin d’obtenir plusieurs couleurs et des dégradés sur chaque écheveau. La couleur jaune du premier plan a été obtenue avec les ronces, alors que j’attendais plutôt du gris. La laine trempe dans la décoction de mûres (mûres, vinaigre blanc et sulfate de fer) :

016

A droite, dans le récipient marron, le bain de ronces. A gauche, dans la grande bassine, je viens de plonger un sachet de bois de campêche dans de l’eau (j’avais acheté du bois de campêche chez Couleur Garance pour être sûre d’avoir au moins une couleur très vive sur mes écheveaux), l’eau se teinte immédiatement en rouge pour foncer jusqu’au violet, au moment de la cuisson :

012

Le bain de racines de garance voyageuse :

021

J’ai mélangé, en fin cuisson, le bain de garance et celui d’écorces de poirier que je trouvais trop pâle :

017

Le rose est obtenu avec les racines de garance voyageuse, le jaune avec les lichens :

029

027

026

032

028

Le bois de campêche a donné un violet profond.

Les mûres ont donné un joli gris clair.

Les racines de garance voyageuse ont donné du rose.

Les écorces de poirier ont donné du jaune.

Le mélange d’écorces de poirier et de garance a donné un rose oranger très intéressant.

Les lichens ont donné du jaune foncé.

Les ronces ont donné du jaune citron.

Les ronces avec un ajout de sulfate de fer ont donné un ocre nuancé.

 

J’aime beaucoup la couleur des racines de garance, j’ai déjà commencé à en arracher d’autres pour une prochaine fois. L’été prochain, je testerai des feuillages et écorces que l’on trouve très facilement en Dordogne : le noyer et le châtaignier, les deux arbres emblématiques du Périgord noir.

 

 

Préparation de teintures végétales

Sarlat vu de l’ascenseur panoramique construit par l’architecte Jean Nouvel :

019

En ce moment, je suis en vacances à la campagne, en Dordogne, j’en profite pour ramasser des plantes qui me serviront à faire des teintures végétales pour la laine.

024

La semaine prochaine, je vais essayer la teinture avec les ronces, les mûres, les lichens, de l’écorce de poirier et des racines de garance voyageuse qui pousse un peu partout au bord des chemins.

J’ai ramassé des lichens :

020

023

Je les ai mis dans des bocaux avec de l’eau et un peu d’ammoniaque :

003

Sur la photo, les lichens viennent juste d’être mis en bocal. Depuis, l’eau est devenue rouge foncé, presque noire.

Les ronces sont coupées en petits morceaux :

ronces

Les mûres macèrent dans de l’eau, du vinaigre blanc et une pointe de sulfate de fer :

028

Je vais essayer aussi l’écorce de poirier sur laquelle il reste un peu de lichen :

025

Il me reste à broyer les racines de garance voyageuse :

002

Je vais préparer ma laine aujourd’hui avec de l’alun et de la crème de tartre, et j’espère faire mes teintures dès lundi…

A suivre…